Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Sport

  • Voltige aérienne: se faire secouer

    La semaine dernière, j'ai réalisé mon premier vol de voltige aérienne. Un truc que je rêvais de vivre depuis pas mal de temps, mais que je remettais tout le temps à la semaine des 4 jeudis. Ca s'est passé au petit aéro-club belge de Courtrai, où j'ai fait la connaissance de mon pilote : Florian. Celui-ci m'a tout d'abord fait découvrir notre appareil (un Extra 330 LX, pour ceux qui connaissent), puis je suis aller revêtir ma combinaison de vol. Ensuite, on est partis pour un quart d'heure de folie à plein régime où 'ai vu toute ma vie défiler devant mes yeux. Entre deux boucles, vols sur le dos et autres atrocités, je crois bien avoir dit quelques blasphèmes. Pas grave, mon pilote ne s'est pas formalisé. A partir d'un certain moment, j'ai commencé à me sentir vraiment patraque, et Florian a voulu calmer le jeu. Mais mon estomac n'a pas voulu se calmer et j'ai dû faire appel au sac à vomi qu'on m'avait livré avant d'embarquer. Je n'aurais peut-être pas dû prétendre que tout allait pour le mieux quand je sentais mon estomac se rappeler à mon bon souvenir. Mais même cet incident ne m'a pas gâché le vol. Lors des manoeuvres, nous sommes passés de -3,2G à 6G. C'est-à-dire que dans certaines boucles, nous pesions 6 fois notre poids ! Je vous laisse deviner ce qu'on ressent. Le plus dur, c'est tout de même quand on est en G négatifs : c'est là qu'on devient clairement patraque. Dans les phases d'hyper-gravité, ce que vous avez mangé avant le vol reste bien tranquillement dans l'estomac. Alors qu'en micro-gravité, il a curieusement tendance à vouloir repeindre le cockpit. Pour couronner le tout, Florian m'a permis de manoeuvrer l'appareil l'espace d'un instant. J'ai donc pu exécuter une vrille avant qu'on rejoigne l'aéro-club ! Je peux vous assurer qu'il m'a fallu un bout de temps pour retrouver mes esprits. Si vous n'avez jamais tenté, je vous invite fortement à essayer. Les sensations sont vraiment au rendez-vous. En tout cas, si on m'en donnait la possibilité, je foncerais sans hésiter (comment ça, un message caché ?) ! Je vous mets le lien vers la page de mon vol à Courtrai. Ames sensibles s'abstenir ! Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de ce de ce voltige aérienne.

  • En parachute

    Lorsque j'ai avisé mes amis de mon intention de réaliser un saut en parachute, certains ont pris cela à la plaisanterie. A les écouter, j'étais un enfant refusant de grandir. Autant vous dire qu'ils n'auraient pas pu plus se tromper quant à ce que signifiait ce saut pour moi. Mais étant donné que je ne me décourage pas facilement, j'ai donc réalisé mon saut de l'ange contre vents et marées. C'était il y a quelques jours, du côté de Nice. L'expérience était certes fabuleuse, mais ce n'est pas de ce saut dont j'aimerais parler ici. Je voudrais revenir ici sur les raisons qui m'ont incité à faire ce grand saut, au cas où vous auriez la même réaction que les personnes susmentionnées. Contrairement à ce que vous pourriez croire, un saut en chute libre est un peu plus qu'un simple saut. S'il y a un truc dont je suis persuadé, c'est que, de nos jours, nous ne risquons plus assez. Rendez-vous compte. Durant des milliers d'années, l'homme a été sans cesse en danger. La nature lui était hostile et recelait de nombreuses menaces. Et ce sont ces épées de Damoclès qui ont au final rendu notre évolution possible. Le risque est pour nous bien plus qu'une source de désagrément : c'est un impératif. En effet, c'est grâce à lui que nous nous sentons plus forts. Quand nous le bravons et en ressortons indemne, nous prenons conscience de notre propre puissance et ressortons plus grands de ce combat. Nous atteignons ainsi de nouveaux sommets, et pour une raison bien simple : nous avons su nous dépasser. Du coup, si le risque est la condition essentielle de notre évolution, qu'en est-il de nos perspectives d'avenir dans une société où nous nous avons appris à nous libérer du risque ? A mon sens (mais cette opinion n'engage que moi), il n'a jamais été aussi important de nous soumettre nous-mêmes à des épreuves. Pour dépasser nos propres limites, encore et toujours. Et le risque à prendre n'a pas à être grand. Il peut s'agir de s'initier au surf, de s'essayer au quad, ou alors de sauter de 10 000 pieds... Je vous mets en lien le site où j'ai déniché ce baptême en tandem à Nice, pour ceux qui auraient envie de renouer avec leur instinct. Cliquez sur le lien pour en savoir plus sur ce saut en parachute.