Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

De nouveau une petite baisse des surfaces de blé dur

Les surfaces de blé dur sont en baisse de 1,5 %, voire davantage selon les dernières estimations. On se situe quand même bien au-dessus de la moyenne quinquennale 2013-17 (+ 7 %). Les plus forts reculs, de plus de 5 %, ont été enregistrés dans le Centre-Val de Loire. C’est dans cette zone que la culture avait gagné le plus d’hectares, deux années de suite en 2015 et 2016. C’est certain, l’espèce blé dur a été boostée par le plan de développement ambitieux lancé en 2015 par les acteurs de la filière. À l’automne dernier, au moment des semis, le cours du blé dur avait fléchi. Le repli s’est poursuivi, sous le poids d’une offre abondante. Ainsi, le différentiel de cours entre les deux espèces blé dur et blé tendre n’a pas joué en sa faveur. De nouveau, le taux d’utilisation du blé dur perd plusieurs points, pour s’établir autour de 71 %. On s’éloigne du très bon chiffre de 89 % enregistré en 2016, qui s’expliquait à la fois par le boom des surfaces et par le fort renouvellement variétal. Les surfaces d’orge d’hiver sont estimées à 1,37 million d’hectares, perdant environ 2 % sur l’année précédente. On reste bien au-dessus de la moyenne de ces cinq dernières années. C’est dans la région Lorraine que  la  culture  recule le plus. Comme pour le blé, et pour des raisons similaires, on enregistre une baisse du taux d’utilisation. Relative stabilité du triticale autour de 310 000 ha, cette espèce a néanmoins perdu plus de 10 % par rapport à la moyenne 2013-2017. De même, l’avoine d’hiver évolue peu et les surfaces restent à un niveau assez faible en France.

Les commentaires sont fermés.