Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • L'Europe perd un membre

    Ça y est, le Brexit est devenu une réalité tangible : Londres a fait sa demande officielle de divorce avec l'Union Européenne. Et maintenant, tout peut arriver. Dernièrement, j'ai encore assisté à un colloque à Quimper où, entre deux réunions, j'ai pu en débattre avec quelques participants. Et ce qui nous est apparu très clairement en discutant, c'est que la période des négociations entre Bruxelles et les Britanniques s'annonce très épineuse. A tel point qu'il est improbable qu'un accord soit adopté avant 2019, étant donné que il y a tant de points à discuter. La Première ministre a en effet promis un Brexit "dur". De son côté, l'UE doit présenter la facture à Londres pour tous les engagements pris dans le cadre du budget européen (50 à 60 milliards d'euros). Ce sera donc sans doute un divorce dans le sang et les larmes, et je suis à peu près sûr que personne ne trouvera un accord en deux ans à peine. La tâche est tout simplement énorme ! Mais pratiquement, que fera le Royaume-Uni, si aucun accord n'est trouvé ? Sur le papier, le 28 mars 2019, le Royaume-Uni sera tout simplement radié de l'Union Européenne. C’est la calamité évoquée quotidiennement par les politiques : les frontières douanières seraient rétablies pour les marchandises et les personnes, ce qui nuirait à tous les dispositifs patiemment établis au fil des décennies. Boris Johnson se veut rassurant : il prétend qu’un défaut d’ accord ne poserait pas problème, vu que Londres serait en droit de signer des accords commerciaux avec le monde entier. Mais l'Europe ne prête pas trop attention à ces assertions. Tout d'abord, elles sont en fin de compte prévisibles au départ des discussions : les deux parties essaient de s’impressionner et de montrer qu'elles ont des marges de manoeuvre. Ensuite, Bruxelles se repose sur le fait que les milieux d'affaires feront pression pour pousser Theresa May à signer un accord avec l'UE. En outre, Londres doit composer avec le spectre d'un nouveau référendum sur l'indépendance qu'agite la première ministre écossaise Nicola Sturgeon. Bref, ce n'est que le début des festivités... Sinon, ce colloque m'a conquis. Plus d'infos ici, pour ceux que ça intéresse. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur ce séminaire entreprise en Bretagne qui est très bien fait sur le sujet.

  • 3000 terroristes à Raqqa

    Le colonel John Dorian, porte-parole de la coalition internationale conduite par les États-Unis, a déclaré qu’on comptait toujours plus de 3.000 terroristes de Daech, y compris ceux qui viennent de l’étranger, à Raqqa, en Syrie. Le porte-parole américain de la coalition internationale anti-Daech, John Dorrian, a évalué la menace terroriste qui pèse toujours sur Raqqa lors du briefing. « Il y a encore près de 3 000 terroristes de Daech, y compris ceux venus de l'étranger, à Raqqa », a conclu le colonel américain. Selon lui, la ville est pratiquement entourée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) avec l'appui de la coalition dirigée par les États-Unis. L'opération de libération de la « capitale syrienne de Daech » Raqqa fait partie de l'opération Colère de l'Euphrate lancée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), le 5 novembre 2016. Principalement composées d'unités kurdes, ainsi que de volontaires de tribus arabes locales, les FDS bénéficient du soutien de l'aviation et de commandos américains. Damas a protesté contre cette assistance, notant que les Américains agissaient sans l'accord des autorités syriennes et que leur présence dans le nord de la Syrie était une intervention militaire étrangère.